Dynamiques sur le marché du travail: reprise avec des différences régionales 2016-12-15

Entre le 30 juin 2014 et le 30 juin 2015 la Belgique a connu une croissance nette de 30 851 emplois (assujettis à l’ONSS). C’est ce qui ressort des analyses de DynaM-Reg, produit d'un collaboration entre l’ONSS, l’HIVA de la KULeuven et les trois régions. DynaM-Reg fait également apparaître que la dynamique de la reprise diffère d’une région à l’autre.

L’évolution positive entre juin 2014 et juin 2015 est le résultat de l'apparition de 213 400 emplois régionaux supplémentaires (augmentations) et de la perte de 182 500 emplois régionaux (diminutions).

Des dynamiques différentes à l’œuvre dans chaque région

La dynamique de la reprise après la crise diffère d’une région à l’autre. Par ailleurs, des glissements ides emplois entre les différentes régions au sein d’une même entreprise sont observés. 

Au cours de la période 2014-2015, la Région de Bruxelles-Capitale connaît une forte dynamique, en particulier au niveau des entreprises implantées uniquement sur son territoire (entreprises "unirégionales"). À titre de comparaison avec les autres régions, la région de Bruxelles représente 23,8% de la croissance nette de toutes les entreprises unirégionales en Belgique, alors que la quote-part de l’emploi avoisine les 12%. La croissance de l’emploi à Bruxelles au cours de cette période a été plus faible (0,3%) que dans les deux autres régions (1,2% en Flandre et 0,6% en Wallonie). Cela s’explique notamment par des disparitions d’emplois relativement plus importantes à Bruxelles (6,1%) par rapport à la Flandre (4,9%) et la Wallonie (5,4%).

La Région flamande enregistre la plus forte croissance, grâce à l’augmentation brute d’emplois qui se maintient (6,1%). En Flandre, les taux d’entrées et de sorties sont aussi les plus élevés (voir tableau 2). Les nombres des travailleurs augmentent aussi grâce au solde positif des transferts d’emplois, au sein d’une même entreprise, en provenance des Régions bruxelloise et wallonne.

En Région wallonne, les effets de la crise ont duré plus longtemps, mais un mouvement de rattrapage s’est à présent amorcé en 2014-2015. Les entreprises unirégionales wallonnes développent un important redressement: l’évolution nette, négative, (-3.001 unités) en 2013-2014) passe à un montant positif de +4.177 unités en 2014-2015. Par contre, le niveau de dynamisme des entreprises multirégionales est inférieur à celui de l’année précédente.

A propos de la recherche

Le projet DynaM dresse pour la première fois un bilan de la dynamique globale de l’emploi salarié en Belgique en présentant un aperçu très précis de la dynamique par région et des transferts interrégionaux au sein d’une même entreprise.

Deux types de dynamiques sont identifiés: la dynamique des emplois et la dynamique des travailleurs. Afin de développer des données sur la dynamique régionale, une distinction a été établie entre les entreprises unirégionales (établies dans une seule région) et les entreprises multirégionales (avec des établissements dans plusieurs régions).

A propos de DynaM-Reg

DynaM-Reg est un accord de collaboration unique entre l’ONSS, l’Institut Wallon de l’Evaluation, de la Prospective et de la Statistique (IWEPS), l’Institut Bruxellois de Statistique et d'Analyse (IBSA), le Département WSE ("Werk en Sociale Economie") de l’Administration Flamande et le HIVA-KULeuven.

Les chiffres et les analyses peuvent être consultés sur www.dynam-belgium.org.

^ Back to Top